08-12-2016 | Ref : 294 | 1852 |

Retour

Les Centaures de la 2e compagnie au Suriname

Tout juste revenue de son engagement dans le cadre de l’opération HARPIE au mois d’octobre, la 2e compagnie du 3e Etranger effectuait une campagne de tirs au Suriname sur le camp Ayoko. L’objectif était double : entretenir la capacité opérationnelle de l’unité tout en renforçant les relations avec le pays voisin de la Guyane.

La 2e compagnie, aux ordres du capitaine Raymond, a réalisé du 24 octobre au 5 novembre une campagne de tir au Suriname, un rendez-vous biannuel pour les compagnies permanentes du 3e régiment étranger d’infanterie. Bénéficiant d’une zone d’exercice organisée en six champs de tir permettant d’utiliser toute la gamme de l’armement d’une compagnie de combat d’infanterie, les Centaures ont effectué des tirs tactiques et techniques, de jour comme de nuit, qui se sont clôturés par une évaluation de niveau section. Évaluation qui avait pour ambition de tester le caractère opérationnel de l’unité en-dehors de son exigeante spécialité : le combat en jungle.

Aux ordres des chefs de section et appuyés par le maître de tir et de simulation du régiment, l’adjudant-chef Hervé, chaque section a travaillé les tirs techniques ISTC et validé les savoir-faire individuels avant d’aborder les tirs tactiques et les Techniques d’Action Immédiate (TAI) sous le contrôle des instructeurs qualifiés. En sus de l’armement individuel est venu l’entraînement aux armes collectives, explosifs ou de petit calibre. À cela s’ajoute un parcours de tir layon, destiné à un personnel seul ou un binôme, pour développer la spécificité du combat en jungle : la difficulté de l’acquisition des cibles, la très courte distance d’engagement et, plus encore que dans les autres milieux, l’identification des directions dangereuses et zones amies.

En parallèle du travail des sections les formations mortier et TP, respectivement dispensées par la section appui de la 2e compagnie et l’adjudant-chef Hervé, ont été validées sur les pas de tir, avec notamment une journée consacrée aux réglages mortier par les chefs de section et des cadres de la compagnie, sous le contrôle du commandant d’unité. Pas moins de six missiles ERYX et trois missiles MILAN ont également été tirés pour entraîner les tireurs attitrés de l’unité, ainsi que douze roquettes AT4CS.

Ces efforts sous le soleil surinamien s’achevèrent sur le tir tactique section de l’évaluation découpée en cinq phases : une phase d’observation et de destruction assurée par la section appui avec l’utilisation du groupe TP et d’un poste de tir ERYX, une phase de tir depuis une position fixe pour une section de combat, laquelle enchaîna sans interruption tube avant, puis assaut et rupture de contact, avant de finalement demander un appui 12,7 et MAG58 à la 4e section afin de se désengager.

L’évaluation et l’entraînement qui l’ont précédée ont permis à la compagnie d’améliorer sa préparation opérationnelle et de donner une base de travail pour une unité qui, malgré sa spécificité équatoriale, ne délaisse nullement les savoir-faire techniques et tactiques du combat d’infanterie conventionnel. Du réglage des armes jusqu’au tube avant en passant par les fondamentaux du tir et l’armement collectif, chaque militaire du rang a revu la gamme complète de l’instruction au tir qu’il doit maîtriser en tant que fantassin.

La campagne de tir se termina par un repas cohésion avec l’ensemble de la 2e compagnie et les cadres surinamiens, en présence du lieutenant-colonel TSAI A WOEN, conseiller militaire du ministre de la Défense surinamien, en invité d’honneur. L’occasion de renforcer les liens entre les forces armées françaises et celles du Suriname et d’évoquer en bonne camaraderie les faits marquants du séjour.

En images

Armement collectif 12,7 LGI Tir MILAN Tube avant

Facebook 3REI

 Recrutamento Legião Estrangeira

Francés Legión Extranjera : Reclutamiento

Recrutement Légion étrangère

Site Internet de l'Armée de Terre


The Jaguar International Course

STAGE INTERNATIONAL

Képi blanc