KOUMAROU 9 - contrôle de zone franco-brésilien

Du 19 au 23 mars, à Cayenne, la 10e Réunion régionale d'échange militaire vise à renforcer la collaboration et la coopération entre les Forces Armées en Guyane et l'armée brésilienne. Afin de concrétiser la collaboration entre nos deux pays, la 3e section mène une opération conjointe avec une section de la compagnie de frontière du 34e Bataillon d'Infanterie de Selva, les 10 et 11 avril. 

L’intérêt de cette mission est double : tout d’abord, elle permet de renforcer la coopération transfrontalière dans la lutte contre les flux de marchandise et de personnel clandestins, ayant un lien direct avec l’orpaillage. En effet, le lieu choisi pour cette opération est un passage obligé pour les garimpeiros. Cette collaboration envoie un signal fort témoignant de la volonté commune de la France et du Brésil de lutter ensemble contre l’orpaillage clandestin. Enfin, cette opération permet à deux troupes aguerries à la forêt, travaillant sur le même type de missions, d’échanger sur les méthodes de travail.

Le dimanche 9 avril, les chefs d’éléments français et brésiliens se rencontrent pour planifier ensemble l’opération. Ils effectuent ensuite un rehaersal, en présence du chef de corps du 3e Régiment Etranger d’Infanterie.

Un dispositif conjoint et cohérent.

Le lieu choisi pour mener cette opération est un saut caractéristique à proximité de Saint Georges de l’Oyapock. Ce site est particulièrement intéressant car les pirogues sont forcées de décharger leur marchandise pour pouvoir franchir le saut. En effet, sur quelques dizaines de mètres le niveau de l’eau monte de plus de 3 mètres. Le 10 en fin de matinée, les sections françaises et brésiliennes se mettent en place simultanément de part et d’autres de la frontière. Un point de contrôle temporaire est établi sur le principal point de passage du saut. Sur ce point de contrôle, les légionnaires, en liaison avec les brésiliens, appuient un détachement de douaniers qui sont chargés de contrôler la légalité des chargements de pirogue.  La liaison physique est prise entre les deux chefs de section à grand renforts de SELVA !  pour assurer la cohérence du dispositif global. Le point de contrôle est complété par des pirogues en alerte en amont et en aval, avec pour mission d’intercepter les pirogues qui tenteraient de franchir en force le dispositif et de fouiller les criques où elles pourraient se dissimuler. Enfin, les chemins de contournement dans la forêt sont tenus par des équipes en embuscade.

Un travail commun qui s'avère payant.

Au fur et à mesure de l’opération, la collaboration entre français et brésiliens est plus fluide, plus efficace, et les mailles du filet se resserrent.

Le 11 avril, une pirogue déjà connue par les légionnaires pour transporter la marchandise transitant vers la Sikini et les sites d’orpaillage clandestins se présente. La cargaison est contrôlée, et rapidement les douaniers constatent l’irrégularité des factures ainsi que la mauvaise foi de la propriétaire. La décision est rapidement prise : la pirogue, son moteur de 75 CV, et toute la marchandise, à savoir 1200 litres de carburants, et environ 600 kg de vivres, sont saisis et ramenés jusqu’à la Douane de Saint Georges de l’Oyapock.

La collaboration franco-brésilienne, gage d'efficacité sur la frontière.

Le bilan de cette opération est particulièrement positif. Outre un volume de saisie très satisfaisant au vue de la durée de l’opération, la reprise des opérations conjointes sur la frontière de l’Oyapock traduit concrètement, et de manière impressionnante pour les orpailleurs, la volonté commune de lutter pour défendre l’Amazonie, en Guyane française comme au Brésil. De fait, les personnes contrôlées se sont montrées très impressionnées par la présence simultanée des deux armées, et de la collaboration évidente entre les deux détachements. Les sections déployées sortent également enrichies de cet échange en situation réelle, constatant que finalement, chacun de son côté de la frontière, nous travaillons certes un peu différemment, mais dans la même direction.

En images

KOUMAROU 9 - contrôle de zone franco-brésilien KOUMAROU 9 - contrôle de zone franco-brésilien

| Ref : 306 | Date : 17-05-2017 | 1424