Opérations WILLAU 10 et FOUDRE 4

Du 8 au 12 aout 2016, les légionnaires de la 3 ont mené simultanément deux missions, dans le cadre de l'opération HARPIE, près de CAMOPI.

Déployée sur la base opérationnelle avancée de CAMOPI depuis la fin du mois de juillet, la 3e compagnie mène la lutte contre l'orpaillage illégal en interdisant en particulier contre les flux logistiques sur la crique SIKINI à partir du Poste Opérationnel Avancé de CARBET LEGION. Dans le même temps, elle conduit des opérations sur des sites majeurs repérés, en coordination avec les forces de sécurité intérieure.

L'opération ROSE, menée par la compagnie d'appui du 3e REI, actuellement armée par le 54e régiment d'artillerie, a ainsi repéré dans le courant du mois de juillet un important site d'exploitation primaire en activité dans le secteur de l'INIPI, dans le bassin de la CAMOPI. C'est une mine comportant 15 puits d'extraction, et employant un nombre important de travailleurs. Particulièrement rentable et nécessitant un matériel difficile à acheminer et coûteux, ce type de site nécessite un effort logistique conséquent pour les garimpeiros, il une cible prioritaire dans le cadre de la lutte contre l'orpaillage illégal. Afin de mener la destruction de ces puits, l'état-major des Forces Armées en Guyane lance l'opération WILLAU 10. Celle-ci réunit un détachement du 13e régiment du génie, en mission de courte durée au 9e RIMa, une équipe de gendarmes et une patrouille de la 3e  compagnie du 3e régiment étranger d'infanterie, appuyés par un sous groupement aéromobile de l'armée de l'Air.

Destruction de puits par les sapeurs et patrouilles par les légionnaires.

Déposés par hélicoptère le 8 août au matin depuis CAYENNE et CAMOPI, les premiers éléments sécurisent la zone de poser, puis se dirigent le plus rapidement possible vers l'objectif. En effet, les orpailleurs, avertis par le bruit des aéronefs, cachent leur matériel pour le préserver de l'action des légionnaires. Une fois tous les éléments mis à terre, le site est fouillé et les sapeurs préparent ensuite la destruction des puits d'exploitation et d'aération. En quelques heures, 14 puits sont traités à l'explosif, et le dernier est rendu inutilisable.

Pendant que les sapeurs procèdent aux destructions, les légionnaires de la 3e section ne se contentent pas de protéger et d'appuyer leur action. Sous les ordres du capitaine G., le sergent-chef M. entame des reconnaissances des autres sites connus dans le secteur. En effet, afin d'avoir une action efficace sur l'orpaillage dans la zone, il faut détruire les sites d'exploitation, mais également le matériel utilisé sur ces sites, qui a été caché par les travailleurs illégaux, ainsi que tout ce qui contribue à leur vie dans la forêt.  Afin de leur rendre la vie impossible, et de casser la rentabilité de ces sites, les légionnaires patrouillent sans relâche, de jour comme de nuit, recherchant d'autres sites actifs, ainsi que les zones de campement où vivent les orpailleurs. Sous une chaleur écrasante, en saison sèche, et dans un relief particulièrement difficile, les légionnaires, par petits éléments, vont suivre chaque piste, chaque layon, pour suivre les traces des garimpeiros et découvrir où ils se cachent. Leurs efforts, souvent déçus, sont toutefois récompensés à plusieurs reprises. Quelques moteurs remarquablement dissimulés sont découverts, ainsi que plusieurs caches de ravitaillement aux abords des campements, du mercure et des moyens de transmission sont saisis, le bilan est bon.

Patrouille FOUDRE 4

Pendant qu'un groupe appuie l'action des sapeurs, le reste de la 3e section, aux ordres de son chef, le lieutenant de N., patrouille à DOS CRETES, dans un autre secteur du bassin de la CAMOPIi. Afin d'appuyer l'effort fait sur les flux logistiques transitant par la SIKINI, la patrouille FOUDRE 4 a pour objectif principal de trouver les quads qui acheminent le ravitaillement depuis les beachings de la SIKINI vers les sites plus au Sud, ainsi que de détruire toute activité rencontrée liée à l'orpaillage. Elle s'infiltre pendant 9 heures avant de parvenir au petit matin du 10 août sur DOS CRETES. Là, elle surprend des travailleurs clandestins en train de réactiver un site détruit au cours d'une précédente patrouille. Cependant, la section, qui avait patrouillé dans ce même secteur au mois de mars, constate que pratiquement tous les sites sont restés abandonnés, signe de l'efficacité des efforts consentis par les légionnaires. Le bilan est maigre, mais le constat est encourageant.

Après une courte pause à CAMOPI, en avant, toujours en avant !

Le 12 août, fiers du travail effectué, les deux patrouilles sont exfiltrées en hélicoptère. Les légionnaires sont déposés à CAMOPI où ils disposent de quelques jours pour se remettre en condition avant de repartir en patrouille, en pirogue cette fois, pour tendre une embuscade sur la SIKINI et intercepter les colonnes de porteurs qui tentent de contourner le POAT de CARBET LEGION. Ce n'est qu'à la fin du mois d'août qu'ils rentrent au quartier FORGET, fiers du travail accomplis pour HARPIE, pour être engagés immédiatement sur le centre spatial guyanais dans le cadre de l'opération TITAN, à l'occasion du lancement Ariane VA 232.

En images

Opérations WILLAU 10 et FOUDRE 4 Opérations WILLAU 10 et FOUDRE 4 Opérations WILLAU 10 et FOUDRE 4 Opérations WILLAU 10 et FOUDRE 4

| Ref : 287 | Date : 21-09-2016 | 1975